It’s slow time!

par Rain

Quand l’automne arrive, j’ai toujours l’impression que le temps ralentit. Septembre, c’est pourtant la période de la rentrée, des gens qui courent partout, des métros pleins, des dossiers qu’il faut absolument terminer pour avant-hier. Tout le monde est pressé, tout le monde a mille choses à faire en même temps ; on ne devrait pas voir le temps passer, si ?

Mais peut-être au contraire que c’est cette effervescence – combinée aux jours qui raccourcissent, au froid qui tombe, à la pluie qui vient griser le ciel – qui donne des journées plus interminables les unes que les autres. Les jours durent des semaines, les semaines des mois. Qui n’a jamais regardé la pendule toutes les deux heures pour se rendre compte qu’il ne s’était pas écoulé plus de dix minutes ? Bien sûr, l’automne n’est pas responsable de ce genre de vortex temporel insondable, ils arrivent tout le reste de l’année aussi ; mais c’est à cette période que je tombe le plus fréquemment dans cette espèce de torpeur qui semble mettre toutes les horloges sur pause.

Qu’est-ce qui te donne le plus cette impression que le temps s’étire sans fin pour toi, voyageur ? Nous avons tous une réponse différente à cette question, et la tienne m’intéresse. Par exemple, je peux te raconter l’histoire de ce pauvre employé de bureau : le fait que son collègue soit un hobbit participe certainement à ce que ses journées lui paraissent plus longues que la moyenne.

Bonne lecture… en espérant que cela t’aide à passer le temps !